Ça y est, c’est décidé, ce matin je m’y mets !

Et vous commencez la journée plein(e) d’entrain.

Vous avez décidé de reprendre les choses en main.

Et puis, les heures de la journée s’égrènent:

La journée s'achève en enterrant avec elle tout votre enthousiasme matinal.

Et la pensée sournoise, pointe son nez :

“J’y arriverai jamais ! Ça c'est sûr !”

Peut-être pas avec ces mots, mais l’idée est là. Et cette idée vous mine.

Et il y a de grandes chances que vous sombriez dans la procrastination, comme 85% des français (Sondage Odoxa - 2019).

Vous savez, cette manie de reporter à plus tard ce qui devrait être réalisé dès que possible.

Il faut tant d'énergie pour lutter contre ce penchant que 45% des personnes renoncent et se laissent avaler dans une vie qui ne leur ressemble pas.

L’ennui,  c’est que cette spirale génère un sentiment de fatigue.

Peut-être êtes-vous concernés comme 65 % des français (Sondage Opinion Matters pour Withings, 2014),qui se sentent fatigués au réveil. Seuls 6 % se réveillent en pleine forme.

Certes, la fatigue peut provenir de problèmes de santé, certes, mais tout de même, 65 %, ça fait beaucoup.

En fait la lassitude et la démotivation ont un impact direct sur le physique.

Or fatigue, inhibition, insomnie, anxiété, indécision sont des difficultés rencontrées dans la vie quotidienne à tort assimilées à de la dépression.

Selon  le sociologue Alain Ehrenberg qui dirige le groupement de recherche "Psychotropes, Politique, Société" du CNRS, cette fatigue serait la contrepartie de l'énergie que chacun doit mobiliser pour devenir soi-même.

Dans son ouvrage “La Fatigue d'être soi”, Alain Ehrenberg montre comment le poids du possible et les possibilités infinies d’être soi se trouvent confrontées à un environnement sans cesse en mouvement et quasi immaîtrisable.

Cette confrontation rend nécessaire la maîtrise de soi, la souplesse psychique et affective et le développement d'actions au risque de rester inhibé, immobile et bloqué. De se sentir fatigué et de procrastiner.

Chaque personne porte sur ses épaules la charge de s'adapter en permanence à un monde de plus en plus mouvant qui perd précisément sa permanence, à un monde de plus en plus instable, caractérisé par des trajectoires en dents de scie.

Difficile dans un tel contexte de trouver force et énergie dans la durée.

Pas étonnant que vous rêviez d’une vie bien différente de celle que vous vivez au quotidien.

Pas étonnant que cela ne soit pas évident et que le choix de créer votre vie soit plutôt lourd à porter.

Vous avez lu des tonnes de livres dans lesquels les auteurs décrivent leurs succès.

Vous enviez les personnes qui réussissent et en même temps, vous doutez de plus en plus de vous. Comme si leur succès, leur réussite venaient à chaque fois toucher vos échecs et vos doutes.

Mais à y regarder de plus près, doit-on opposer réussite à échec ?

La vie se résume-t-elle à cette opposition ?

Et un succès, se construit-il en une seule fois ?

Quels que soient les exploits réalisés, nous regardons toujours le résultat final.

Nous comparons nos performances aux réalisations de personnes que nous apprécions. Qu’elles soient acteurs, hommes ou femmes politiques, mère ou père de famille, entrepreneurs …

Si vous choisissez de regarder la vie de votre champion, de votre acteur, de votre auteur, de votre homme politique ou de la personnalité publique qui vous inspire le plus, il y a fort à parier que sa réussite n’a pas été instantanée et n’est pas non plus le fruit du hasard.


Ainsi, l’acteur Marc Wahlberg,  dont le succès n’est plus à démontrer (qu’on aime ou pas, la question n’est pas là), révèle-t-il aujourd’hui le rythme des routines qu’il a choisi d’implémenter dans son quotidien.

On comprend vite que le talent sans la rigueur est fort peu de choses.

Le résultat, vous le connaissez.

Le plus extraordinaire, c’est qu’à plus de 40 ans, alors que sa réussite est démontrée, il a décidé de se remettre aux études.

Il avait quitté les bancs de l’école à 14 ans, avait dérivé dans la délinquance et passé 50 jours en prison.

Il a obtenu l’équivalent du BAC et en est très fier. Selon lui, la réalisation qui lui a demandé le plus d'humilité.

Et aujourd’hui sa fondation a pour vocation d’aider les 40 millions d’adultes américains sans diplôme en leur permettant de suivre le même programme que lui.

Derrière chaque réussite, un parcours.

Rappelons nous que ces personnes sont comme nous.

Chaque jour, petit à petit, elles ont construit la vie qu’elles souhaitaient.

Chaque jour, elles ont dû gérer leurs échecs, leurs blessures de vie.

Jour après jour, elles ont recommencé à poser les actions qui les ont progressivement amenées vers leur succès et  vers leur transformation.

Chaque jour une action vers leur but.

Où en êtes-vous aujourd’hui dans les changements que vous souhaitez opérer ?

Savez-vous valoriser ce que vous avez déjà réalisé ?

Au lieu de vous démoraliser lorsque vous n'êtes pas aussi parfait que vous souhaiteriez, savez-vous prendre du recul, vous encourager et remettre l'ouvrage sur le métier?

Au fond, construire sa vie, c’est un peu comme construire une œuvre.

Gardez la foi en vous et en votre vision, pour trouver la force et l’énergie de traverser les périodes moins confortables.

La méthode des petits pas vers un objectif atteignable

Élaborer le tableau de vision de votre vie idéale ou tableau de motivation.

Vous pouvez le créer de différentes manières.

En le dessinant, ou en collant des photos qui vous parlent sur une grande feuille de papier.

Vous pouvez me faire parvenir votre tableau de vision en vous inscrivant à ma newsletter, et en m'envoyant un mail.

À titre d'exemple, je vous montre le mien :

Déterminez ensuite des objectifs accessibles qui dépendent de vous dans les différents domaines.

Si vous souhaitez changer de métier, dans votre tableau vous mettez la photo qui symbolise ce métier. Et dans vos objectifs, vous indiquez les étapes.

Mon premier métier était ingénieur en informatique spécialisé dans les systèmes experts.

Lorsque j’ai décidé de devenir psychologue, j’ai commencé 6 années d’études alors que j’avais 36 ans.

Mon but, être psychologue et aider des personnes à moins souffrir, donnait sens à ma vie et m'a permis de poursuivre chaque année, l'une après l’autre.

De renoncer à des vacances pour étudier. De dire non à des soirées la veille de mes examens ...Relire et encore apprendre pour réussir les examens.

C’est ainsi dans tous les domaines que nous trouvons importants dans notre vie.

Si vous voulez être une mère hyper patiente.

Quels sont les moyens que vous devez mettre en œuvre au quotidien.

Et chaque jour, comment pouvez vous agir pour aller dans ce sens.  

Il y aura certainement des jours sans; ces jours-là, il s’agira de valoriser toutes les avancées déjà réalisées pour retrouver l'énergie de poursuivre.

Et plus votre but à du sens pour vous, plus forte est votre capacité de traverser les moments délicats.

Alors quoi faire  ?

- Prenez le temps d'élaborer votre tableau de vision.

- Déterminez les étapes qui vous permettront d’atteindre ce que vous voulez

Et si je vous accompagnais ?

Pour vous accompagner vers le vous de vos rêves, avec une transformation concrète et durable.

OSER ÊTRE SOI DANS UN MONDE QUI CHANGE

j’ai créé pour vous un coffret regroupant tous mes programmes ainsi que des séances de psychothérapie en groupe et/ou individuelles.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.